Topic outline

  • GT BPE-BPL pour les essais sur MFSC

    Productions issues du Groupe de travail pour l’élaboration d’un cahier des charges de type « Bonnes Pratiques de Laboratoire - Bonnes Pratiques d’Expérimentation » pour les essais sur matières fertilisantes et supports de cultures.

    Ce groupe de travail a été monté en 2015 dans l’objectif d’élaborer, à terme, un référentiel de certification de type BPE-BPL pour répondre aux besoins identifiés tant chez les producteurs de MFSC qu’au niveau des institutions en charge de l’évaluation préalable à la mise en marché de nouvelles MFSC.

    Le groupe s’est réuni 2 fois en 2015, 4 fois en 2016 et 3 fois en 2017. Au-delà du référentiel lui-même, il est apparu nécessaire de lister les méthodes de caractérisation et d’évaluation des MFSC qui pourront être utilisées à l’appui de ce référentiel pour étudier et qualifier la composition, l’efficacité et l’innocuité de ces produits.

    En 2016, le groupe a distingué deux sous-groupes :

    • Un premier sous-groupe visant à (i) identifier les méthodes de caractérisation existantes et (ii) celles qui manquent pour la création du référentiel de type BPE-BPL puis (iii) créer les méthodes qui manquent ;
    • Un second sous-groupe, joint avec la CEB (Commission des Essais Biologiques) de l'Association Française de Protection des Plantes (AFPP), visant l’élaboration d’un guide méthodologique pour la caractérisation de l’efficacité des biostimulants des plantes.

    Le travail de ce second sous-groupe s’est achevé au printemps 2017. La méthode a été validée par la CEB et sera diffusée par elle. Néanmoins, certains industriels n’étaient pas favorables à la diffusion de cette méthode. De son côté, le RMT Fertilisation & Environnement a également décidé de diffuser cette méthode en précisant, dans un préambule séparé, que certains industriels n’y étaient pas favorables et pourquoi. Vous trouverez ci-dessous le guide méthodologique et son préambule.

    Le travail du premier sous-groupe, quant à lui, se poursuit. Après avoir identifié les différentes méthodes normalisées pour la caractérisation des MFSC, il élabore une matrice des typologies d’usage des MFSC. Sur la base de cette matrice, il sera possible de travailler aux méthodes qui manquent.